Mention "langue maternelle française" dans une offre d'emploi

Relations individuelles de travail
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le fait d'exiger d'un candidat à un poste de chef d'un service de traduction en français qu'il soit de langue maternelle française n'est pas discriminatoire.

Un salarié d'une entreprise anglaise travaillant en France s'étant vu refuser un poste d'assistant manager réservé à un "native french speaker" (de langue maternelle française) a saisi le conseil de prud'hommes s'estimant victime d'une discrimination en raison de son origine anglaise ou de son appartenance à la nation anglaise.Le Conseil de Prud'hommes d'Annecy, dans un jugement du 15 septembre 2010, l'a débouté de sa demande. Saisie par le salarié, la cour d'appel de Chambéry, dans un arrêt du 9 juin 2011, a confirmé le jugement. Elle a retenu que les termes native french speaker, qui se traduisent par "de langue maternelle française" posent comme (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Ténors du Droit : Flichy Grangé Avocats renforce son pôle Ethique, Diversité et RSE

Débats du Cercle 2021 : interview de Laure Lavorel, présidente du Cercle Montesquieu