Manifestations du 1er mai : le tweet de Christophe Castaner n'était pas une "infox"

Médias
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le TGI de Paris estime que si le tweet du ministère de l'Intérieur faisant état d'une "attaque" contre l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière apparaît "exagéré", il n’y a pas lieu de faire droit à la demande de retrait étant donné que les conditions posées par l’article L. 163-2 du code électoral ne sont pas remplies.

Le 1er mai 2019, le tweet suivant a été publié par le compte du ministère de l'Intérieur, faisant référence à l’intrusion de manifestants dans l’enceinte de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière :"Ici à la Pitié-Salpêtrière, on a attaqué un hôpital.On a agressé son personnel soignant. Et on a blessé un policier mobilisé pour le protéger.Indéfectible soutien à nos forces de l’ordre : elles sont la fierté de la République". Deux députés ont assigné (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.