L'imputation d'organiser des soirées échangistes n'est pas diffamatoire

Médias
Outils
TAILLE DU TEXTE

Dans le cadre d’un débat télévisé sur le thème : "les extraterrestres sont-ils déjà venus sur terre ?", un invité, défendant le parti du non, exposait que le fondateur d’une secte qu’il a nommé "organisait des soirées échangistes payantes pour préparer ses fidèles à la rencontre du troisième type". S’estimant diffamé en ce qu’on lui aurait "imputé la commission d’une infraction pénale à savoir le délit de proxénétisme ou à tout le moins un comportement moralement contraire à la probité et aux bonnes moeurs", ce dernier a saisi le tribunal. Dans un jugement du 16 janvier 2009, le tribunal de grande instance de Paris, mettant en doute le fait que les propos proférés aient pu être prix au sérieux par les téléspectateurs au regard du contexte humoristique dans lequel ils se sont (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.