Cour d'assises : précision sur les questions spéciales supplémentaires du président de la cour

Droit pénal
Outils
TAILLE DU TEXTE

Un président de cour d'assises ne peut poser des questions spéciales supplémentaires à un accusé sans en avoir au préalable informé le ministère public et les parties.

Une personne a été mise en accusation et renvoyé devant la cour d'assises de Haute-Corse. Dans un arrêt du 21 novembre 2017, celle-ci l'a déclaré coupable et condamné à une peine de réclusion criminelle.Le condamné ainsi que le ministère public ont fait appel de cette décision. Les deux parties critiquaient l'arrêt car, selon eux, le président de la cour d'assises avait donné lecture de trois questions spéciales supplémentaires auxquelles la cour et le jury n'ont eu à répondre qu'après le réquisitoire et les plaidoiries. La Cour de cassation, dans un arrêt rendu le 11 mars 2020, décide de casser l'arrêt de la cour (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.