Audrey Kukulski : « Rejoindre Axipiter est une très belle opportunité ! »

Interviews
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Audrey Kukulski qui vient de rejoindre Axipiter en tant qu'associée en charge du département Contentieux.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Axipiter ?

Axipiter, c'est avant tout une aventure humaine et entrepreneuriale à laquelle je suis enthousiaste de participer. Je partage avec l'équipe d'Axipiter et, particulièrement, avec Amaury Nardone cette envie d'expansion et la volonté de construire des liens étroits et durables avec chacun de nos clients, dans un souci constant d'excellence.

Nous avons tous les mêmes valeurs : dynamisme, réactivité et proximité. 

Rejoindre Axipiter est une très belle opportunité !

Un mot sur votre parcours ?

S'il devait n'y en avoir qu'un : Gide !

Plus sérieusement, après des études de droit des affaires à l'Université Paris II- Panthéon Assas, j'ai rejoint le département Contentieux Pénal et Commercial de Gide, d'abord en tant que stagiaire puis comme collaboratrice et, enfin, counsel.

Chez Gide, j'ai appris mon métier aux côtés de personnes de grande valeur, tant humaine que professionnelle, dont Michel Pitron et Jean-Gabriel Flandrois. Michel et Jean-Gabriel représentent mes deux domaines d'activité : le contentieux des affaires et les procédures collectives.

Et parce que la notion de transmission est essentielle pour moi, j'enseigne depuis plusieurs années le contentieux bancaire à l'Ecole de Formation du Barreau de Paris.

Quelle est la spécificité de votre pratique ?

Je suis spécialisée en contentieux des affaires. Ma pratique couvre essentiellement le droit des contrats, le droit des sociétés et le droit bancaire et financier. J'ai, plus particulièrement, eu l'occasion de traiter des contentieux complexes et stratégiques, à forts enjeux financiers ou médiatiques.

J'interviens également en matière de procédures collectives, dans le cadre des procédures amiables (mandat ad hoc, conciliation) ou des procédures judiciaires (sauvegarde, redressement, liquidation). Les dirigeants d'entreprises considérant de moins en moins l'ouverture d'une procédure collective comme un échec, je suis très sollicitée aujourd'hui.

Qui conseillez-vous ?

Je conseille notamment  des grands groupes industriels français et étrangers et des établissements bancaires. Ma carrière a été marquée par le contentieux bancaire, ayant longtemps conseillé les différentes entités du Groupe BPCE notamment dans le cadre des contentieux dits "des prêts toxiques".

Dans ma pratique des procédures collectives, je conseille tous types d'intervenants : créanciers, français ou étrangers, ou débiteurs. Une expérience inoubliable : la sauvegarde de La Mutuelle Des Etudiants.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

D'abord, développer la pratique du contentieux des affaires et des procédures collectives afin de proposer à nos clients une offre globale.

Ensuite, créer des synergies, notamment avec le département Corporate/M&A, car le contentieux est aussi une matière support.

Enfin, participer au développement d'Axipiter pour en faire un cabinet de premier plan.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier

L'annuaire du Monde du Droit