Un testament réputé faux n'est pas nul de droit

Successions et libéralités
Outils
TAILLE DU TEXTE

Les héritiers doivent solliciter la nullité d'un testament authentique et pas seulement demander au juge de constater qu'il constitue un faux.

Un homme est décédé en mars 2010, en l'état d'un testament authentique consentant divers legs particuliers à plusieurs personnes, dont deux de ses neveux, une association diocésaine d’une commune et le vicaire général du diocèse de cette ville. Contestant la régularité de ce testament, les neveux ont assigné les différents légataires en nullité du testament puis interjeté appel du jugement qui a rejeté leur demande. Ils ont formé un incident de faux en cause d’appel. Le 13 octobre 2015, la cour d’appel de Toulouse a relevé que le testament est un faux et a constaté la nullité. Le 4 janvier 2017, la Cour de cassation a cassé l’arrêt de la cour (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.