François-Régis Gonon, Associé, Mayer Brown

Interviews
TAILLE DU TEXTE

Francois-Régis GononInterview de François-Régis Gonon qui est associé au sein de l’équipe « Finance » de Mayer Brown à Paris.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

J'ai commencé ma carrière chez SG Archibald (Andersen Legal) à Paris en 1999 après Sciences-Po Paris (Section Eco-Fi) et un DEA de Droit Privé à l’Université Paris-X Nanterre. Toujours à Nanterre, j'avais également obtenu le bi-Deug droit/anglais et j'avais passé un an à Londres à l'Université de Westminster pour y obtenir un LL.B. Après un passage chez Eversheds, j'ai rejoint l’équipe « finance » de Mayer Brown à Paris en 2006 en tant que collaborateur et j'ai été promu associé en 2011.

En quoi Mayer Brown est un cabinet à la hauteur de vos espérances ?

Le choix de rejoindre Mayer Brown était né d’une rencontre avec Jean-Philippe Lambert et Jean-Pierre Lee, fondateurs du bureau de Paris de Mayer Brown. J’avais été séduit par leur enthousiasme et le dynamisme de leur structure en plein essor, au sein de laquelle régnait un véritable esprit « start-up ». J’y ai d’ailleurs retrouvé de nombreuses personnes que j’avais déjà croisées chez Andersen comme Xavier Jaspar, Laurent Borey, Benjamin Homo ou Emily Pennec. Près de 12 ans plus tard, le chemin parcouru par ce cabinet est impressionnant : Mayer Brown est maintenant une plateforme globale, présente en Asie, Europe et Amérique bien sûr. Quant au bureau de Paris, il compte près de 100 avocats, s’apprête à déménager une nouvelle fois (toujours avenue Hoche) et son excellence dans des domaines clés (private equity, tax, finance, etc) n’est plus à démontrer. Chose appréciable, l’esprit entrepreneurial y est toujours vraiment présent et je me rends compte que c’est une vrai chance pour moi d’avoir pris part à cette aventure, d’abord en tant que collaborateur puis comme associé.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Mon activité se concentre autour de trois domaines : le financement structuré (titrisation, financements sur créances, etc), le financement des fonds (mezzanine, equity bridge, etc) et, enfin, toutes les questions de réglementation bancaire et financière.

Dans ce cadre, je conseille une clientèle très variée et enrichissante, à savoir des établissements de crédit, des fonds d’investissement et des groupes industriels et commerciaux, qu’ils soient français ou internationaux d’ailleurs.

Quel est votre meilleur souvenir de carrière ?


Résumer ma carrière à un épisode ou deux me paraît très réducteur. Par contre, je me rends compte que certains de mes clients (établissements financiers ou groupes industriels) travaillent maintenant avec mes équipes et moi sans discontinuer depuis près d’une dizaine d’années. Cette fidélité de leur part, de plus en plus rare, me laisse à penser qu’ils me voient comme un vrai partenaire et pas seulement comme leur avocat. C’est une vraie fierté pour moi.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

La question est, là encore, difficile tant j’ai eu la chance de croiser des personnes enrichissantes et variées. S’il ne fallait en retenir que deux, je dirais Jean-Marc Allix, qui est à l’origine de mon orientation pour le financement et pour la qualité de sa formation ainsi que Jean-Philippe Lambert, pour ses qualités humaines et sa réussite professionnelle. Et puis, bien sûr, ma femme et mes enfants pour leur soutien sans faille tout au long de mon parcours professionnel. »

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)